20 petites façons d’avoir un corps subtiles, même quand c’est difficile

20 petites façons d’avoir un corps subtiles, même quand c’est difficile

Vous détestez peut-être votre corps.

Ou peut-être souhaitez-vous simplement que votre corps soit subtiles.

Vous n’êtes pas la seule : Des études montrent que jusqu’à 84 % des femmes américaines sont insatisfaites de leur corps subtiles au cours de leur vie. Apprendre à aimer son corps quand on ne l’aime pas vraiment n’est pas une tâche facile, et ce n’est pas aussi simple que le mouvement de positivité corporelle peut parfois le faire croire. Passer de “Je déteste mon corps” à quelque chose de plus positif demande du temps et un effort conscient. Voici quelques petits moyens concrets pour commencer :

1. Engagez-vous.
“Vous avez déjà commencé”. “Le fait que vous reconnaissiez que vous voulez changer est la façon dont vous commencez à changer. Félicitations. La reconnaissance représente 50 % du travail.”

La première étape pour changer la façon dont vous vous sentez par rapport à votre corps est de s’engager dans le changement. Vous devez reconnaître que vous avez une relation négative avec votre corps et que vous voulez en avoir une positive et saine. Dites-vous : “Je veux avoir une relation positive avec mon corps”.

Et assurez-vous que vous le pensez vraiment !

2. Abandonnez l’idée qu’une certaine apparence vous rendra plus heureux.
Posez-vous la question suivante : Pourquoi voulez-vous avoir une apparence différente ?

Le plus souvent, c’est parce que vous voulez que les autres vous aiment et que vous pensez qu’une certaine apparence vous rendra plus aimée et acceptée.

“On nous vend cette idée que l’apparence d’une certaine façon nous apportera l’approbation, l’affection, l’amour, le respect, la valeur, etc.” “Mais tout cela n’est qu’un mythe. Avoir une certaine apparence ne vous rendra pas heureuse. Regardez tous les mannequins de mode littérale qui ont des dépendances aux drogues et des troubles de l’alimentation !”

Avant d’apprendre à aimer votre corps, vous devez renoncer à l’idée que vous ne vous sentiriez pas triste, seul ou rejeté si vous aviez une apparence différente. “Même Beyoncé a été trompée ! La vie humaine comporte de la beauté et de la souffrance pour tout le monde”. “Plus vous parviendrez à réellement intérioriser cette idée, moins vous serez attaché à répondre à certaines normes de beauté conventionnelles, car vous comprendrez qu’elles ne vous apporteront jamais ce que vous voulez. La paix et le bonheur doivent venir de l’intérieur.”

Cela ne veut pas dire que la discrimination liée à la taille, le racisme et la discrimination fondée sur la capacité physique ne sont pas réels – oui, malheureusement, ces facteurs physiques ont une incidence sur la façon dont les gens nous traitent. Mais se plier en quatre pour répondre à leurs idéaux impossibles ne vous aidera pas à vous sentir mieux dans votre peau. Est-ce votre corps qui pose problème, ou les idéaux qui posent problème ? Au lieu de continuer à essayer de vous adapter à un système qui vous oppose à votre propre corps, que diriez-vous d’adopter une nouvelle façon de penser qui vous désigne comme précieux tel que vous êtes ? Et si vous cessiez d’essayer d’apaiser les autres à vos dépens ?

Essayez de vous répéter ceci : Je mérite d’être aimé et accepté dans ce corps précis. Je n’accepterai plus les personnes ou les messages qui me disent le contraire.

3. Arrêtez de juger le corps des autres, point final.
Pour apprendre à aimer votre corps, vous devez arrêter de juger les autres en fonction de leur corps. Lorsque vous critiquez le corps d’une autre personne, vous envoyez le message – à la fois à cette personne et à vous-même – que le corps est une mesure valable de la valeur d’une personne. Arrêtez. Vous méritez d’être aimé et accepté dans votre corps exact. Comme tout le monde.

4. Nettoyez vos flux de médias sociaux de tout ce qui vous fait vous sentir mal dans votre corps.
Ces célébrités et ces candidats de télé-réalité super minces, brillants et au look glamour que vous suivez sur Instagram ? Vous pouvez penser qu’ils sont inoffensifs à faire défiler, mais la recherche nous montre à maintes reprises que l’exposition à des médias présentant des types de corps irréalistes est liée à une image corporelle plus faible. Prenez le contrôle des images et des messages que vous laissez entrer dans votre cerveau.

“C’est à moi de m’assurer que je filtre ces choses, que je suis très attentive et proactive et que je mets des limites autour de moi”. “Je peux choisir les messages que j’intériorise, et je peux créer des limites autour des personnes, des lieux et des choses qui me font sortir de mon corps.”

La sexologue Megan Stubbs, Ed.D., recommande de contrôler votre flux de médias sociaux : “Regardez les comptes que vous suivez. Est-ce qu’ils vous donnent l’impression d’avoir du pouvoir ? Supprimez et ajoutez de nouveaux comptes si nécessaire, car ce dont vous vous entourez vous influence, même si vous pensez être immunisée contre ces images.”

5. Suivez des comptes de médias sociaux qui montrent des corps qui ressemblent au vôtre.
Si vous êtes gros, commencez à vous inonder d’images de personnes grosses qui sont heureuses, confiantes, sexy, et qui s’affichent. Si vous êtes une personne de couleur, augmentez votre consommation de contenus mettant en scène des personnes noires et brunes. Le fait d’adapter votre consommation de médias peut faire une énorme différence dans votre psyché et votre perception de ce qui constitue un beau corps.

6. Apprenez à connaître votre corps.
Pour aimer votre corps, vous devez d’abord le connaître.

“Le corps est l’expression physique des émotions, et cela n’a rien à voir avec son apparence ou son âge”. “Une fois que vous êtes familiarisé avec le langage de votre corps (et non le langage corporel), vous êtes mieux à même de savoir ce qu’il essaie de vous dire. Ralentir pour écouter les messages de votre corps est la façon dont vous développez la compassion – qui est un type d’amour.”

Il existe de nombreuses façons d’apprendre à connaître son corps de manière plus approfondie. Par exemple, si vous avez un utérus, essayez de suivre votre cycle menstruel plus en détail. Envisagez d’essayer quelque chose comme une coupe menstruelle pour gérer vos règles, car le processus d’insertion et de retrait de la coupe vous oblige à palper votre col de l’utérus avec vos doigts, à voir et à sentir votre sang menstruel et, plus généralement, à devenir intime avec votre corps. Vous pouvez également envisager d’essayer une forme d’exercice ou de mouvement qui exige une grande maîtrise du corps, comme la danse du ventre, l’haltérophilie ou même le yoga.

Une façon particulièrement puissante de s’incarner consiste à faire un exercice de pleine conscience appelé “scan corporel”. Inspirez et expirez lentement, fermez les yeux, puis concentrez votre attention sur le sommet de votre tête. Quelles sensations ressentez-vous là-haut ? Des tensions ? Des picotements ? Des douleurs ? Après quelques instants, descendez vers votre visage et faites de même. Puis vers votre cou. Puis vos épaules. Puis votre poitrine. Et ainsi de suite jusqu’à vos pieds.

La suggestion de Darnell : “En ce moment, où êtes-vous, sur quoi êtes-vous assis ? Remarquez comment vous le sentez… dur, mou, froid, chaud, humide, collant, etc. Quelles sont les parties de votre corps avec lesquelles il est en contact ? Que font vos pieds en ce moment ? Et l’intérieur de votre joue ? C’est ainsi que vous vous accordez avec votre corps.”

Vous seriez surpris de voir à quel point le fait de mieux connaître votre corps peut le rendre beaucoup plus facile à aimer.

7. Faites chaque jour quelque chose qui fait du bien à votre corps.
Prenez l’habitude de faire quelque chose de bien pour votre corps tous les jours. Il peut s’agir de prendre quelques minutes pour vous masser les mains. Vous pouvez aussi enfiler votre paire de chaussettes la plus douce et la plus moelleuse pour la maison. Vous pouvez aussi vous faire un masque rafraîchissant ou vous maquiller entièrement sans autre raison que celle de vous sentir bien.

Il s’agit d’entraîner votre cerveau à associer votre corps à des sentiments positifs. Prenez l’habitude d’offrir de l’amour à votre corps, et cela deviendra naturel et instinctif avec le temps.

8. Nourrissez vos sens.
“Chaque fois que je ressens quelque chose à propos de mon corps, je suis généralement déconnectée de celui-ci et de l’expérience agréable d’avoir un corps – de pouvoir goûter des choses délicieuses, de voir de beaux paysages, d’entendre des choses”. “Notre corps est conçu pour le plaisir. Si nous avons un corps, c’est pour que nous nous sentions bien.”

Nourrissez vos sens, recommande-t-elle. Engagez-vous vraiment avec eux. “Cela crée une connexion corporelle, et cette connexion corporelle aide à désintégrer la haine du corps.”

9. Masturbez-vous.
La masturbation est un moyen puissant d’entrer en contact avec notre corps et de nous rappeler tout le plaisir que notre corps peut nous procurer. “Cela peut être le point tournant pour beaucoup de gens lorsqu’il s’agit de faire la paix avec leur corps”. “Comprendre que vous êtes digne du plaisir sexuel est tellement puissant. Vous, dans n’importe quelle forme de corps, en ce moment, pouvez et méritez d’éprouver du plaisir.”

Les bienfaits de la masturbation sont si nombreux, alors faites-en souvent. Offrez-vous de bons jouets sexuels et des rituels d’auto-plaisir indulgents. Lorsque votre corps est un outil permettant d’atteindre des sommets orgasmiques et des poussées d’ocytocine, il devient beaucoup plus facile de l’aimer.

10. Faites de nouvelles choses avec votre corps.
“Lorsque vous mettez votre corps au défi de faire quelque chose de nouveau, quelque chose en dehors de votre zone de confort, vous arrivez à voir votre corps sous un nouveau jour”. “Vous apprenez à apprécier ce dont il est capable”.

Elle suggère d’essayer différents types d’exercices, de danser, d’explorer l’alimentation intuitive ou d’essayer une séance photo boudoir.

11. Essayez la danse intentionnelle et sensuelle.
Danser – intentionnellement, par vous-même – peut être un moyen puissant de se reconnecter avec votre corps.

“Il y a quelque chose dans le fait de laisser notre corps bouger comme il le souhaite, sans jugement, sans essayer de faire une quelconque chorégraphie”. “Ça fait juste vraiment, vraiment du bien, surtout à notre époque où nous sommes si rigides avec nos corps, avec la façon dont nous nous asseyons, avec la façon dont nous nous tenons debout. Il y a tellement de rigidité. Danser pour moi, c’est comme si je donnais à mon corps la permission de faire ce qu’il veut, de se montrer comme il le veut, de se sentir et d’émettre comme il le veut.”

On anime des méditations de danse sensuelle sur son Instagram, ou elle dit que vous pouvez toujours simplement mettre une chanson qui vous fait bouger. “Tout ce qui se présente, quelle que soit la façon dont mon corps veut bouger, je vais le laisser bouger”, dit-elle. “Je vais être très attentive à la danse. Je ne vais pas me contenter de danser. Je vais respirer. Je vais me demander quelles émotions me viennent à l’esprit en ce moment. Quand je bouge mes bras comme ça, quelle émotion veut être libérée ? Ou quand je bouge mes hanches comme ça, qu’est-ce que je suis en train de secouer ?”

12. Pratiquez la gratitude envers votre corps.
“Il est tellement plus utile de penser à ce que notre corps fait pour nous au quotidien”, dit Marin. “Nos corps nous portent à travers nos journées avec tant de force et de grâce. Il est également capable de procurer des quantités infinies de plaisir ! Si nous pouvons être reconnaissants pour tout ce que notre corps fait pour nous, cela peut nous aider à le voir sous un jour différent.”

13. Faites de l’exercice une question de bien-être.
“Quand il s’agit d’exercice, j’aime que les gens l’encadrent en disant qu’il s’agit de bouger son corps d’une manière qui nous rend heureux. Faites de l’exercice d’une manière qui vous apporte de la joie”, dit Stubbs. “Nous voulons que ce soit une façon de célébrer notre corps, et non de le battre jusqu’à ce qu’il prenne une forme qui nous plaise.”

L’exercice est un moyen naturel d’augmenter l’énergie, de réduire le stress et de garder notre corps en bonne santé. Mais lorsque nous considérons l’exercice comme un outil de perte de poids ou de façonnage du corps, nous transformons quelque chose de nourrissant en quelque chose de blessant et même de haineux envers notre corps. Faites de l’exercice comme un moyen d’aimer votre corps, et non comme un moyen de le changer ou de le combattre.

14. Habillez votre corps avec affection.
Parfois, lorsque nous ne nous sentons pas sûrs de notre corps, nous portons consciemment ou inconsciemment des vêtements destinés à couvrir le plus possible les “zones à problèmes” de notre corps ou à attirer le moins d’attention possible. Cela renforce la honte et la négativité autour de notre corps.

Habillez votre corps comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art. Soyez intentionnel, attentif et expressif. Si vous en avez les moyens financiers, offrez-vous une virée shopping et achetez des vêtements qui vous font sentir bien et qui font que votre corps se sent bien. Lorsque nous habillons notre corps intentionnellement, nous le traitons comme un objet digne d’attention et d’amour. Nous envoyons le message – aux autres et à nous-mêmes – que c’est un corps qui est aimé.

15. Combattez la fatphobie.
Quels sont les sentiments que vous éprouvez à l’égard du fait d’être gros ?

Si vous avez une peur profonde d’être gros ou si vous pensez qu’il y a quelque chose de mal à être gros, vous êtes confronté à ce que l’on appelle la fatphobie. La fatphobie est la peur ou la haine de la graisse. Elle est similaire à l’homophobie (la peur ou la haine des homosexuels), sauf que la cible est les personnes grosses.

Posez-vous la question suivante : Qu’y a-t-il de mal à être gros ? Bien sûr, le surpoids est fortement lié à de nombreux problèmes de santé importants. Le stress aussi. Mais vous ne verrez pas les gens avoir une réaction aussi forte à l’idée d’être stressé qu’à l’idée d’être gros. Les personnes stressées ne font pas non plus l’objet de discrimination sur le lieu de travail ou ne sont pas maltraitées par leurs médecins comme c’est le cas pour les gros. Tout ça, c’est le produit de la fatphobie.

Il est temps de commencer à surmonter notre peur de la graisse. Cela signifie qu’il faut célébrer son corps gros, soutenir et renforcer ses amis gros et dénoncer les commentaires anti-gros de ses pairs.

Bien sûr, il n’est pas facile de se débarrasser de la fatphobie intériorisée.

16. Faites un travail de miroir.
Apprendre à aimer son corps ne se fera pas du jour au lendemain. De petits rituels quotidiens sont essentiels pour avancer dans ce voyage et entraîner lentement votre esprit au fil du temps à ne plus être aussi critique envers votre corps. Une excellente habitude consiste à pratiquer l’affirmation positive devant un miroir : Prenez un moment chaque matin pour regarder votre corps dans son intégralité et dites quelque chose de gentil à son sujet. Vous pouvez également identifier les parties de votre corps que vous n’aimez pas afin de concentrer vos affirmations positives dessus. Par exemple, si vous détestez vos cuisses, vous pouvez essayer de vous réciter : J’aime mes cuisses épaisses, ou Mes cuisses sont fortes et sensuelles.

Mais surtout, ne forcez pas l’amour s’il n’est pas encore là.

“Laissez tomber l’idée d’avoir à l’aimer”, dit Darnell. “Si vous n’y arrivez pas, ce sera une raison supplémentaire de vous en vouloir. Arrêtez d’accumuler la honte. C’est peut-être trop, trop radical ou presque impossible pour vous à ce stade de votre évolution. Pouvez-vous essayer de trouver quelques choses que vous aimez peut-être à la place ? Peut-être avez-vous de jolies mains, ou de jolies chevilles, ou de jolis yeux, de belles épaules, ou des cheveux étonnants.”

17. Essayez l’autoportrait sensuel.
Prenez des selfies sensuels, recommande l’éditions le  marcheur. Pas de votre visage mais de votre corps, “où vous le faites dans le but de vous connecter à votre corps, de voir votre corps, votre rayonnement, votre douceur avec vos propres yeux”.

L’intention sous-jacente est essentielle : “Je vais prendre cette photo pour me connecter avec mon corps, me voir avec mes propres yeux et commencer à traiter les sentiments qui surgissent lorsque je me regarde. … Je vais réécrire ces scripts dans ma tête qui disent que je ne suis pas assez bien. Je vais utiliser ces photos comme preuve que je suis suffisant, qu’il est possible pour moi d’être connecté.”

18. Si la positivité corporelle ne fonctionne pas pour vous, optez pour la neutralité corporelle.
Si sauter directement aux pensées positives vous semble inauthentique, ce n’est pas grave. On recommande d’abord de passer à ce qu’elle appelle des “pensées neutres” sur votre corps.

“Si votre pensée est ‘mon ventre est dégoûtant’, il n’est pas encore crédible de vous dire que votre ventre est beau. Mais vous pouvez vous entraîner à penser : ‘C’est un estomac humain’ chaque fois que vous le regardez ou que votre cerveau commence à s’en plaindre”. “Plus vous pratiquez ce genre d’échanges de pensées neutres, plus ils deviennent faciles – ils finiront par devenir vos pensées naturelles par défaut.”

Pour les personnes qui luttent avec la positivité corporelle, la neutralité corporelle peut être étonnamment libératrice.

19. Travaillez avec un professionnel.
Écoutez, apprendre à aimer son corps quand on le déteste en ce moment n’est pas facile. Même lorsque vous comprenez pourquoi vous devriez aimer votre corps rationnellement, y parvenir spirituellement peut parfois nécessiter des conseils. N’ayez pas peur de vous adresser à un thérapeute ou à un coach qui pourra vous soutenir dans cette démarche, vous donner des conseils adaptés et vous rattraper lorsque vous tombez.

20. N’oubliez pas que votre corps est un élément de la nature.

“Je sais que mon corps ne pourra jamais être inapproprié. Si je me promène nue tout le temps, ou si je porte un muumuu fendu à la lune pour montrer mes grosses cuisses à fossettes, ou si je laisse mon ventre pendre doucement et bas, c’est bien. Je suis de la nature. Mon corps a des cycles qui reflètent les cycles du jour et de la nuit, des saisons, de la lune et des marées. Mon corps est un magnifique miracle.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.